Site menu:

Articles récents

agents par secteur, la vie chez nous

Commentaires récents

octobre 2018
L M M J V S D
« Juil    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

immobilier

agents par secteur

Recherche

Links:

Articles récents

Commentaires récents

la lvie chez nous




Recherche

Catégories

Archive

Liens partenaire

Derniers commentaires


C'est qu'un aurevoir!

Méta

Que faire avec son hypothèque ?

topbar-650-fr-smArticle écrit par M. Vincent Brousseau-Pouliot dans La Presse Affaires , décembre 2009

Les taux d’intérêt vont bientôt augmenter. Même le gouverneur de la Banque du Canada le dit. Devant pareil avertissement, quoi faire avec son hypothèque? Des experts donnent huit conseils aux propriétaires immobiliers.

1- On ferme!

Quelle est la première chose que doit faire un propriétaire avec une hypothèque à taux variable qui boucle difficilement son budget à la fin du mois? Rendre visite à son prêteur hypothécaire. Le plus tôt sera le mieux. «Plus votre budget est serré, plus il faut être à l’affût de la possibilité de fermer son taux», dit Colette Blais, conseillère en financement hypothécaire à la Fédération des caisses Desjardins.

2- On ne ferme pas (encore)!

Les autres proprios devraient être plus patients. Leur pari: garder leur taux encore quelques mois. «Nous avons peut-être jusqu’à neuf mois devant nous avant une hausse de taux», dit Colette Blais, de Desjardins. Louis Tétreault, directeur du courtier hypothécaire Multi-Prêts pour la région de Laval et de la couronne nord, exhorte aussi ses clients à la patience. «Les hausses de taux sont toujours progressives», dit-il. Le conseil vaut aussi pour les détenteurs d’hypothèques à taux fixe qui prennent fin prochainement.

3- La règle du 30%

Option consommateurs se méfie de la règle du 30% – ne jamais consacrer plus de 30% de son revenu brut à son hypothèque. L’organisme voit plutôt ce seuil comme un maximum. «Un bon exercice budgétaire est plus précis», dit Me Caroline Arel, responsable du service budgétaire d’Option consommateurs. «Si on aime aller au resto ou voyager, peut-être devrait-on se contenter d’une hypothèque inférieure à 30% du revenu brut», dit Colette Blais du Mouvement Desjardins

4- Lisez les petits caractères

Un contrat hypothécaire, ce n’est pas seulement un chiffre. Les petits caractères peuvent s’avérer onéreux si le client n’a pas fait ses devoirs. «Le client doit choisir une hypothèque avec laquelle il est à l’aise», dit Colette Blais, du Mouvement Desjardins. Détail important: les clauses de conversion. «Il faut s’assurer que les pénalités ne sont pas trop élevées si on veut changer d’hypothèque en cours de contrat», dit Mme Blais.

5- Prévoir sa prochaine hypothèque

Les propriétaires ayant profité des aubaines depuis un an font bien de se réjouir, mais ils doivent prévoir que leur prochaine hypothèque sera probablement moins favorable. «Si on prévoit que le budget sera serré, on est mieux de revoir ses priorités budgétaires et de mettre de l’argent de côté immédiatement», dit Me Caroline Arel, d’Option consommateurs.

6- Un coussin pour les urgences

Les taux historiquement bas permettent aussi de se bâtir un coussin pour les urgences – bris d’équipement, achats de meubles, rénovations. «On devrait toujours avoir un coussin pour les dépenses imprévues qui va jusqu’à cinq mois de salaire net», dit Colette Blais, du Mouvement Desjardins.

7- En janvier, faites geler votre taux!

Conseil aux futurs propriétaires: même si vous n’avez pas encore déniché la maison de vos rêves, il n’est pas trop tôt pour passer à la banque. Les institutions financières acceptent de geler un taux pour quatre mois – voire six mois au début de l’hiver, question de se rendre au 1er juillet. «Vous pouvez alors bénéficier du meilleur taux entre le moment où vous faites geler votre taux et l’achat de votre maison», dit Louis Tétreault, de Multi-Prêts.

8- Une consultation avec ça?

Vos finances basculent lentement mais sûrement dans le rouge? Consultez un spécialiste. Vous ne serez pas le seul. Cette année, Option consommateurs reçoit environ trois fois plus de propriétaires immobiliers en consultation. «Habituellement, seulement 5% des gens qui nous consultent sont propriétaires, dit Me Caroline Arel. Cette année, ils représentent 14% de notre clientèle.»






Découvertes de nouveaux blogues québécois!



Laissez votre commentaire