Samcon, qui mène de front une quinzaine de projets immobiliers à Montréal, se rend pour la première fois à Laval. Le promoteur vient de lancer le Cartier Concorde, à proximité de la station de métro De la Concorde, annexée à la gare du train de banlieue de la ligne Montréal/Blainville-Saint-Jérôme, dans un quartier en transition.
«Nous sommes spécialisés dans le redéveloppement urbain, à proximité de stations de métro et de gares, explique Paul Martin, vice-président ventes et marketing de l’entreprise. Nous sommes toujours à l’affût des occasions. Ce que nous ferons à Laval correspond exactement à notre créneau.»

Sur un terrain qui avait auparavant une vocation commerciale, au sud du boulevard Cartier, Samcon se propose de construire 66 unités. Celles-ci seront réparties dans 11 immeubles en rangée abritant chacun six appartements en copropriété. Les condos, qui compteront deux chambres, seront aménagés au niveau terrasse, ainsi que sur les deux autres étages. La plupart auront leur propre entrée. Les stationnements extérieurs, à l’arrière, longeront la voie ferrée.
«Le terrain se trouve dans une ancienne zone industrielle et commerciale qu’il faut revitaliser, explique M. Martin. Il faut composer avec certains facteurs qui sont là. Mais le train ne passe pas continuellement, et il y a d’autres avantages, comme la proximité de la station de métro et de la gare.»
Il faut dire qu’au sud du boulevard Cartier Ouest, où sera bâti le Cartier Concorde, le secteur est déjà majoritairement résidentiel. Un autre complexe d’habitations, Jardins du Moulin Condominiums, de Belcourt, est en construction à côté. Il en va autrement dans la même rue (la montée du Moulin), au nord du boulevard Cartier Ouest, plus près de la station de métro et de la gare, où se trouvent principalement des industries et des commerces reliés à la transformation du bois. Cette zone est toutefois appelée à changer radicalement au cours des prochaines années.
Changement de vocation
Avec la venue du métro, la Ville de Laval en profite pour changer la vocation du secteur. S’inspirant des principes du TOD (Transit Oriented Development ou développement axé sur les transports en commun), elle cherche à densifier les abords de la gare et de la station de métro De la Concorde afin de créer un milieu de vie de qualité, moins dépendant de l’automobile. Immeubles résidentiels, commerces de proximité, espaces récréatifs et édifices publics devraient graduellement s’implanter dans le secteur, qui sera réaménagé.
«La vieille friche industrielle n’a plus sa place, indique le maire de Laval, Gilles Vaillancourt. Au nord et au sud de la station de métro et de la gare, environ 2000 logements, de diverses typologies, pourront éventuellement être construits. La rivière des Prairies est tout près et il y a déjà plusieurs parcs à proximité, comme le parc Gagné et l’immense parc des Prairies, mais l’ajout d’autres espaces verts est prévu.»
Le tracé de la piste cyclable sera revu, par exemple, pour la rattacher au nouveau secteur résidentiel, ainsi qu’à la station de métro et à la gare. Diverses mesures seront aussi prises pour faciliter les déplacements à pied et en vélo, et les rendre plus sécuritaires.
«Des espaces verts seront créés près de la ligne de transport d’énergie pour la rendre plus sympathique, précise M. Vaillancourt. Il y aura aussi un écran acoustique végétal entre la voie ferrée et les logements, comme celui qui longe l’autoroute 15.»
Pour stimuler la transformation du secteur situé autour de la station de métro De la Concorde, la Ville de Laval a mis sur pied un programme de transfert et de revitalisation. Par le biais d’un congé de taxes sur le droit de mutation et d’un crédit de taxes foncières dégressif échelonné sur cinq ans, la municipalité fournit une aide financière aux propriétaires d’un nouveau logement

Merci à Mme Danielle Bonneau, La Presse :
Titulaire d’un baccalauréat en psychoéducation de l’Université de Montréal et d’un baccalauréat en journalisme de l’Université Concordia, Danielle Bonneau a commencé à travailler à La Presse alors qu’elle était encore aux études.

http://www.agentsparsecteur.com

Titulaire d’un baccalauréat en psychoéducation de l’Université de Montréal et d’un baccalauréat en journalisme de l’Université Concordia, Danielle Bonneau a commencé à travailler à La Presse alors qu’elle était encore aux études.
topbar-650-fr-sm