Site menu:

Articles récents

agents par secteur, la vie chez nous

Commentaires récents

septembre 2018
L M M J V S D
« Juil    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

immobilier

agents par secteur

Recherche

Links:

Articles récents

Commentaires récents

la lvie chez nous




Recherche

Catégories

Archive

Liens partenaire

Derniers commentaires


C'est qu'un aurevoir!

Méta

La Banque du Canada prête à bouger en juin

(Montréal) La Banque du Canada reconduit sans doute pour la dernière fois son taux directeur, au niveau plancher de 0,25%.
Dans le communiqué annonçant cette décision attendue, elle ne s’engage plus à le maintenir ainsi jusqu’à la fin du deuxième trimestre, comme elle le faisait depuis avril 2009.
«À la faveur de l’amélioration récente des perspectives économiques, ces politiques exceptionnelles deviennent moins nécessaires et il convient de commencer à atténuer la détente monétaire en place», y lit-on.
La prochaine date d’annonce de fixation des taux est le premier juin, ce qui lui laisse le temps de prendre connaissance des données sur l’inflation pour les mois de mars et d’avril.

La Banque a pris soin d’indiquer que «l’ampleur et le moment où cela (des hausses de taux) seront fonction des prévisions concernant l’activité économique et l’inflation et seront compatibles avec la réalisation de la cible d’inflation de 2%.» Cela n’a pas empêché les marchés monétaires d’escompter une première hausse de 25 centièmes dès le premier juin et de propulser le huard à nouveau près de la parité avec le billet vert
La Banque relève à la hausse son scénario de croissance économique pour le Canada. Le produit intérieur brut devrait avancer de 3,7% cette année, puis ralentir à 3,1% en 2011 et 1,9% en 2012.
Les autorités monétaires sont maintenant d’avis que notre économie aura retrouvé son plein potentiel au printemps prochain, soit un trimestre plus tôt que prévu.
Le plein potentiel correspond en principe à une croissance optimale avec un taux d’inflation contenu à 2,0%. Pour atteindre cet Eldorado, la politique monétaire doit être ni restrictive, ni accommodante. Dans la conjoncture présente, cela signifie un taux cible de financement à un jour au-delà de 2,0%, soit au moins 175 centièmes de plus qu’à l’heure actuelle.
«Nous nous réjouissons que le communiqué (de la Banque) ne fournisse aucune indication sur le rythme de normalisation du taux directeur. En effet, M. Carney ne s’engage pas dans une mécanique «d’ajustements modérés» qui avait caractérisé la Fed d'(Alan) Greenspan en 2004», indiquait dans une lettre à sa clientèle, Stéfane Marion, économiste et stratège en chef chez Banque Nationale Groupe financier.
Pour arriver à une politique monétaire neutre d’ici le printemps prochain, la Banque devra donc augmenter son taux de 25 centièmes au cours de ses huit prochaines réunions. Faute de quoi, elle devra mettre les bouchées doubles à certaines réunions, surtout si un taux neutre devrait se situer plus près de 3% que de 2%. C’est la mesure du potentiel de l’économie canadienne qui devrait le déterminer, une mesure très difficile à capter.
La Banque admet que les pressions inflationnistes sont déjà plus fortes qu’escomptées en janvier. «L’inflation mesurée par l’Indice des prix à la consommation global devrait se situer légèrement au-dessus de 2% au cours de la prochaine année, avant de regagner la cible au second semestre de 2011», lit-on.
Cela suppose que sa prévision de croissance ralentie à compter de l’an prochain se matérialise

Merci à M. Rudy Lecours , La Presse.

http://www.agentsparsecteur.com






Découvertes de nouveaux blogues québécois!



Laissez votre commentaire